vers l'accueil
"Bienvenue sur le site de la mairie du Breuil."

Le saviez-vous ?

Vous êtes ici : Accueil > L’ACTUALITE DU BREUIL > Le saviez-vous ?

L’église Saint Etienne

La construction de l’église du Breuil a vraisemblablement nécessité plusieurs campagnes mais, à la fin du XIIe et au début du XIIIe siècle, il reste à peu près sûr que les moines…

cisterciens de la Ferté-sur-Grosne y participèrent. En effet, elle correspond trait pour trait aux petites églises rurales cisterciennes décrites par Éliane Vergnolle, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’Université de Besançon. L’église porte le vocable de saint Antoine, puis en 1701 celui de saint Étienne.
Intérieur
L’église et le chœur voûté d’ogives sont orientés au nord-est (47°). Les ogives reposent sur quatre culots ornés chacun d’une tête sculptée. Ces sobres figurations intemporelles sont dans l’esprit cistercien. En 2013, les baies du chœur situées dans l’axe du mur oriental, et qui avaient été murées, ont été dégagées. Elles ont fait apparaître, dans le chevet plat de l’abside, des peintures murales du XIVe siècle, restaurées par Laurence Blondeaux : un Couronnement de la Vierge par le Christ, encadré de deux anges thuriféraires et de deux chandeliers couleur bronze, une Dormition de la Vierge côté nord (on aperçoit 6 apôtres aux pieds du corps).

Peinture murale du XIVe siècle du saint patron de l’église : Lapidation de saint Etienne côté sud (bourreau casqué lapidant le saint).
JPEG

Séparé du chœur par un arc en tiers point, le transept, très court avec ses deux voûtes transversales en arc brisé, est non saillant.
La croisée, dont les ogives et les arcades brisées reposent sur quatre impostes biseautées, supporte le clocher. L’ouverture sur la nef se fait par un grand arc doubleau et, de part et d’autre, par deux petites ouvertures au sommet arrondi. La nef non voûtée, à la couverture en plein cintre, a retrouvé son lambris.
La chapelle du Saint-Esprit, fondée en 1488 par Guillaume Despreys, prêtre, date de la fin du XVe siècle. Construite sur le côté droit de l’église en haut de la nef, entre deux contreforts qui pour l’occasion ont été abaissés, cette petite chapelle reste assez bien conservée. Les arcs de sa voûte d’ogives reposent sur des culots ; sur deux d’entre eux, on peut encore voir des têtes sculptées assez endommagées. Le croisement des nervures est marqué par une rosace portant un décor en relief, une croix grecque florencée. La fenêtre de style gothique est fermée par un remplage assez discret. En dessous, dans le même mur subsiste une petite niche. Sur le côté droit, un autel consacré en pierre, du XVe, creusé d’une cuvette, a servi de fonts baptismaux. Une autre fenêtre au sommet en cintre brisé s’ouvrait autrefois dans la paroi ouest. Elle est aujourd’hui murée. En 1973, les travaux entrepris mirent à jour les restes, aujourd’hui disparus, de très belles peintures contemporaines de sa construction : A la voûte, les fragments importants d’un Christ en majesté, de deux anges ; sur le mur méridional, un saint Christophe et un autre saint en pied (Saint-Denis ?). Mme Oursel

Extérieur
L’église du Breuil, construite en grès, forme un long quadrilatère d’environ 31 m de long pour 9 m de large. De part et d’autre, les murs gouttereaux sont maintenus par sept solides contreforts. Autrefois seules huit petites fenêtres romanes s’ouvraient dans les côtés de l’édifice : deux éclairaient latéralement le chœur, deux le transept et quatre la nef. Seulement trois des fenêtres d’origine subsistent de nos jours : celles du transept et une dans le chœur. Leur linteau est fait d’une seule pierre arrondie comme le veut la tradition cistercienne. Quatre contreforts placés en équerre maintiennent les angles du bâtiment. La démolition de la sacristie, construite au XIXe, a mis en valeur le chevet plat à triplet.
En façade, le portail possède un tympan monolithique trilobé où figurait une croix pattée, qui a été martelée. Les piédroits sont peu façonnés. Dans le pignon s’ouvre une fenêtre romane. Au nord-ouest, entre le quatrième et cinquième contrefort, existait une porte aux piédroits tout aussi sobrement décorés. Elle est aujourd’hui murée, ainsi que la fenêtre qui la surmontait. La corniche ceinturant le chœur est ornée de modillons en « dents d’engrenage ». Les contreforts qui retiennent le poids des voûtes et du clocher, sont un peu plus épais que ceux correspondant à la nef. Le clocher est une petite tour carrée à fenêtres géminées. Une courte flèche de pierre le surmonte ; à sa base et sur chaque face, une lucarne. Louis LAGROST, Les origines de la paroisse et de l’église du Breuil (S.-et-L.) : l’influence de Cîteaux, La Physiophile n°155, décembre 2011.

Travaux
1ère tranche de travaux, après étude, réalisée en 2010, avec aides (département, région, Communauté d’Agglomération) et souscription lancée par AREB avec la Fondation du Patrimoine. Les maçonneries, couvertures en lave du chœur et du clocher ont été restaurées.
2de tranche de travaux : restauration de l’intérieur du pignon oriental avec réfection des décors muraux et mise en place de vitraux géométriques et bleutés dans les baies nouvellement dégagées par Jean Weinling, vitrailliste (2013). Dans la nef, démontage de la voûte en plâtre et doublages des murs.
3ème tranche : réfection des charpentes et couvertures de la nef et de la chapelle. La charpente lambrissée, qui subsistait à l’état de vestiges sous la voûte en plâtre, a été restituée.

Peinture murale du Couronnement de la Vierge
JPEG

L’église Saint-Etienne du Breuil fait partie de la nouvelle Paroisse Saint-François d’Assise, formée des anciennes paroisses de l’Epiphanie et de Saint-Joseph ouvrier, qui compte 15 clochers au Creusot et alentour.
Le Creusot Saint-Henri, Saint-Laurent, Saint-Charles, Saint-Eugène, Notre-Dame-du-Travail, Broye, Charmoy,
Marmagne, Montcenis, St-Symphorien-de-Marmagne, Torcy, Le Breuil, Saint-Firmin, Saint-Pierre de Varennes, Saint-Sernin-du-Bois

AREB (Association pour la rénovation de l’église du Breuil)

Publié/Mis à jour le 10 décembre 2021

Industeel

le saviez-vous ?

La commune du BREUIL possède sur son domaine un site industriel assez particulier ; c’est le seul du département de Saône-et-Loire, l’un des deux de la région Bourgogne Franche-Comté (l’autre se trouvant à IMPHY dans la Nièvre) et l’un de la vingtaine que l’on recense sur l’ensemble du territoire français ; à savoir une aciérie électrique.

L’aciérie du Breuil fait partie d’INDUSTEEL, filiale du groupe sidérurgique ARCELOR MITTAL qui est le plus important producteur d’acier au monde avec une production annuelle proche de 100 millions de tonnes. Le siège d’ARCELOR MITTAL est situé au Luxembourg et son fondateur et PDG actuel est un indien, Mr Lakshmi MITTAL ; celui-ci est en train de passer la main à son fils Aditya MITTAL.

L’aciérie du Breuil représente une infime part de la production annuelle mondiale, environ 100 000 tonnes, c’est-à-dire 1 millième. Mais l’acier qui y est fabriqué fait partie des aciers très spéciaux, alliés à fortement alliés et inoxydables. Sa vocation est de réaliser uniquement de l’acier très haut de gamme. Pour cela, en son sein, elle possède 2 outils essentiels ; un four à arc électrique et un APCV + DAJ (affinage en poche chauffante sous vide + dégazage au jet) d’une capacité unitaire comprise entre 80 et 100 tonnes.

Le four électrique est essentiellement un outil de fusion, capable en 2 H ½ de fondre 100 tonnes de ferrailles en les faisant passer de l’état solide à l’état liquide à une température approchant les 1700°C. Ce bain liquide est ensuite transvasé par basculement du four dans une poche construite en briques réfractaires et cette poche, remplie d’acier liquide, est transférée par pont roulant dans l’enceinte de l’APCV. C’est cette installation qui permettra de mettre à la nuance précise l’acier par ajout de « ferros » (manganèse, chrome, nickel, molybdène, titane, vanadium…où par l’injection de fil fourré), à l’affiner en éliminant soufre, phosphore, ainsi que l’hydrogène qui est un élément très polluant pour les aciers hauts de gamme puisqu’ensuite lorsque l’acier redeviendra solide, il cherchera à s’échapper en créant des micro fissures et en amenant le bain liquide contenu dans la poche à la température précise de coulée. Celle-ci varie suivant la nuance de l’acier et est généralement comprise entre 1500°C et 1620°C.

Dans la plupart des aciéries, l’acier liquide est ensuite coulé à l’aide d’un autre outil appelé « coulée continue » qui permet d’obtenir des produits solides semi-finis tels que feuillards, brames, billettes ou fils.

Là encore, l’aciérie du Breuil se démarque en utilisant non pas un outil mais un processus très différent ; c’est le système de la « coulée en source » qui permet d’obtenir des produits semi-finis solides appelés « lingots ». La procédure de la coulée en source est de conduire l’acier liquide de la poche dans des canaux creux en briques réfractaires et de le faire remonter dans un contenant en fonte appelé « lingotière ». De chaque lingotière sortira donc un lingot. La coulée en source, en fonction du poids de chaque lingot, permet d’en couler plusieurs à la fois (jusqu’à 6)

Son autre particularité est de réaliser des lingots de poids unitaire allant de 2,5 tonnes pour les plus petits à 250 tonnes pour les plus gros (dans ce cas il faut, en même temps, 3 poches d’acier liquide pour le couler dans sa lingotière). Les formes de ces lingots sont également variables, allant du « quasi » parallélépipède au « presque » tronc de cône ou cylindre. Ces lingots, après avoir subi au sein même de l’aciérie un nettoyage que l’on nomme « parachèvement », sont ensuite expédiés en différents lieux. Généralement, ils quittent l’aciérie à l’état froid mais parfois aussi tièdes ou carrément chauds (750 à 800°C). Certains (tous les « quasi » parallélépipèdes de 2,5 à 40 tonnes environ) vont sur le site d’INDUSTEEL Creusot, situé derrière l’ALTO, pour y être réchauffés et transformés en tôles d’épaisseur comprise entre 2,5 et 45 mm par les processus du laminage et de traitement thermique. D’autres (les presque troncs de cône ou cylindres de poids unitaire compris entre 60 et 250 tonnes) sont expédiés à la Forge de FRAMATOME Creusot, également située vers l’ALTO pour y être transformés en viroles, couvercles de cuves, dômes de générateur de vapeur, réservoir de stockage de carburants ... et ce, par les processus de forgeage à l’aide de presses hydrauliques, traitement thermique et usinage. Enfin, quelques uns (des presque troncs de cône ou cylindre d’un poids unitaire de 5 à 30 tonnes) sont expédiés directement chez des forgerons situés en Italie, Espagne et Allemagne et de taille plus petite que la Forge de FRAMATOME.

En conclusion, on peut donc dire que l’acier fabriqué à l’aciérie du BREUIL se retrouve un peu partout sous forme de produits finis dans le monde entier, dans les secteurs industriels des mines, de la pétrochimie, de la marine (marchande et militaire), de l’armement, de l’abrasion, de la plasturgie, des énergies renouvelables et du nucléaire mais lorsqu’on parle des aciers spéciaux du Creusot dans le milieu de la sidérurgie, il faut savoir que la source de métal liquide est bien située sur la commune du BREUIL.

Publié/Mis à jour le 18 juin 2021

La ville du Breuil

...Le Breuil-ville, aurait été retenu comme 5ème quartier du Creusot ?
Je vous parle d’un temps où le Creusot était en pleine expansion avec ses cheminées de fumées noires et où la famille Schneider brillait.

Nous avons demandé à l’Académie François Bourdon d’ouvrir ses archives pour nos recherches. Il n’existe aucune trace explicite concernant l’intégration du Breuil-ville, en tant que 5ème quartier du Creusot, mais notre voisine aurait grignoté quelques hectares brogéliens...
Ce qui est sûr, c’est que l’extension des lieux de production, des lieux de vie et de la population entrainent le déploiement des limites de la commune du Creusot sur les communes environnantes. Ainsi dans les années 1855-1860, le développement industriel et urbain rend nécessaire un agrandissement territorial.
Par décret impérial du 14 février 1862, notre voisine voit alors sa superficie augmenter de plus de 1 300 hectares au détriment notamment du Breuil…

Publié/Mis à jour le 29 janvier 2021

Le château du Breuil

JPEGLe château du Breuil, situé dans le bourg fait partie de notre paysage, mais n’a jamais appartenu à la ville. Nombreuses informations circulent à son sujet et nous souhaitons vous éclairer sur son histoire, qui remonte à plusieurs siècles, Le Breuil étant un village très ancien comme l’atteste son église du XIème siècle.

Saviez-vous que le premier seigneur dont on retrouve le nom, est Hugues du Breuil en 1037 ?

Sa famille possède dès le XIIème siècle, une maison forte aujourd’hui disparue, proche de l’église. Après plusieurs propriétaires, la résidence est rasée par la famille Baudinot, en la personne de Monsieur Claude Palamède Baudinot, Capitaine de la grande fauconnerie de France vers 1670, qui édifie sur ses fondations, le château actuel. Son petit-fils, Antoine Palamède, restaura le château en 1779 et fut l’un des promoteurs du canal du Centre avant d’émigrer en 1793. Le château du Breuil fut racheté par son neveu le comte de Genest de Saint Didier, auquel succéda la famille Lhuillier d’Orcières. La famille Schneider louait le domaine le week-end et profitait des 8 hectares pour leurs loisirs.

En 1912, les Schneider rachètent le château, où débutent les colonies de vacances destinées aux ouvriers des usines. L’édifice est alors aménagé à partir de 1931 pour accueillir des activités de scoutisme. L’association des scouts de France achète l’ensemble de la propriété en 1972. Aujourd’hui, Gérard Dhorne veille sur le château avec passion et est le gestionnaire de la propriété, du parc et des finances. Le château n’a aucun secret pour lui et explique qu’il a deux particularités, outre l’escalier majestueux, celui-ci est auto-porteur et les pierres se tiennent les unes aux autres sans ciment. En sous-sol, les vestiges du XVème siècle sont visibles. Après la réfection de la toiture en 2015, les projets ne manquent pas. Le perron en pierres de Comblanchien sera remis en état à l’identique, entre autres.

Le Breuil est devenu une base nationale des scouts et guides de France et accueille 72% de scouts, ce qui représente 15050 nuitées en 2019, et 28% d’associations qui privatisent le lieu pour des rencontres sportives, étudiantes, religieuses. Tous les 15 jours, 2 heures par semaines, le foyer Églantine vient aider Papy Gérard (ainsi surnommé par ses camarades scouts !) pour de menus travaux, un partenariat solidaire, sans objectifs, permettant aux personnes handicapées de sortir de leur cocon, de profiter d’un lieu naturel et d’aborder le monde adulte. Les papys bricoleurs comme Gérard, sont d’un grand soutien pour l’entretien du domaine, mais de moins en moins nombreux. L’appel est lancé, si vous avez une âme de bénévole, un peu de temps, venez les aider, vous découvrirez ainsi une des perles du Breuil.

Publié/Mis à jour le 20 novembre 2020
  
Aujourd'hui, nous sommes le

dimanche 16 janvier 2022

Nous fêtons :

AGENDA : VOS PROCHAINS RDV

Voir tout l'agenda

MAGAZINE MUNICIPAL

MAGAZINE MUNICIPAL

Le blog de l'Espace Jeunes du Breuil
Covoiturage 71
Démarches administratives en ligne
Le site des services de l'Etat de Saône-et-Loire

Solidaire du commerce local